Nouveaux arrivants à l’Espace africain du Zoo de Bâle

L’espace africain du Zoo de Bâle a vu l’arrivée d’un nouveau couple d’autruches et une naissance chez leurs voisins, les zèbres.

Le 21 mai dernier, deux autruches sont arrivées au Zoo de Bâle en provenance de la ferme d’autruches du lac de Sempach. La femelle Aruba (4 ans) et le mâle Mahali (2 ans) ont rejoint Onisha (5 ans), laquelle vivait seule dans l’enclos depuis la mort de son compagnon. Malheureusement, le trio ne s’est pas entendu comme espéré. Onisha a couvert les nouveaux venus de cris hargneux et n’a pas réussi à se lier avec eux. C’est pourquoi elle passe la nuit séparée des deux et emménagera bientôt à la ferme d’autruches du lac de Sempach.

Un amour d’autruche mâle
En dépit des problèmes «relationnels» avec Onisha, les deux nouveaux résidents se sont bien habitués à leur nouvelle vie. La cohabitation avec les zèbres fonctionne à merveille. C’est à la ferme des autruches qu’elles ont appris à partager leur espace avec des animaux à quatre pattes, puisqu’elles vivaient au milieu des moutons et des ânes. Seul le fossé rempli d’eau leur était inconnu. Les deux spécimens sont tombés à l’eau plus d’une fois. Sans conséquences fâcheuses, puisque les autruches savent nager et qu’elles ont réussi à s’extirper du fossé sans aide extérieure. Au Zoo de Bâle, on espère maintenant que le couple fera des petits et qu’on verra très bientôt des autruchons courir dans l’enclos.

L’élevage des autruches au zoo n’est pas chose facile. Les mâles, surtout, peuvent être dangereux pour l’homme. Le soigneur et les éleveurs de Sempach se sont attachés à choisir un mâle le plus paisible possible. Avec succès, semble-t-il. Comme son prédécesseur Baringo (26 ans), le nouveau mâle est très calme et très sociable. Baringo souffrait depuis longtemps d’arthrose sévère. Quand les antidouleurs et autres thérapies ou traitements n’ont plus suffi, on décida de le délivrer de ses souffrances.

Les autruches sont les animaux les plus lourds au monde. Elles ne peuvent pas voler, mais sont très rapides à la course. Elles forment de petits groupes et pendant la couvaison, c’est le mâle qui s’en occupe avec sa favorite. Les autres femelles placent également des œufs dans le même nid, mais sans couver ni conduire les petits elles-mêmes.

© Zoo de Bâle

Petit zèbre brun et blanc
L’espace africain héberge également la zébrelle Quagga, née le 15 juin et identifiable à ses rayures encore marron. La naissance a eu lieu de manière inhabituelle en début de soirée. Quagga est le troisième petit de Jua (7 ans). Un autre membre de la fratrie, plus âgé, vit également au Zoo de Bâle.

À peine 30 minutes après la naissance, les petits peuvent déjà se tenir debout et une heure plus tard, ils savent courir. Contrairement à certains types d’antilope, que leurs petits ne viennent voir que pour téter, les zèbres accompagnent leur mère depuis le début. Le troupeau de zèbres du zoo de Bâle compte actuellement six individus, trois zébrelles adultes et trois petits (un zébreau et deux zébrelles).

© Zoo de Bâle

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire