Des lionceaux de l’Angola sont nés à Planète Sauvage!

Nés le 19 juillet 2019, le grand public est invité à faire la connaissance des seuls lionceaux d’Angola nés en France en 2019 !

© Planète Sauvage

Au cours de l’hiver 2017-2018, le parc a décidé d’accueillir un nouveau groupe de jeunes lions d’Angola (Panthera leo bleyenberghi) en provenance de différents parcs zoologiques européens. Cette sous-espèce originaire de l’ouest de l’Afrique australe (Angola, Botswana, Congo, Zimbabwe) est reconnaissable à la couleur plus claire de la crinière des mâles.

Soyo, un mâle né en 2015 veille sur son harem composé de quatre femelles: Freja, née en 2015 ainsi que trois sœurs, Mayumbe, née en 2016, Seronga et Saya, toutes deux nées en 2017.

© Planète Sauvage

Naissance de quatre lionceaux d’Angola
Rapidement tombé sous le charme de la belle Freja, leurs ébats ont conduit à la naissance de quatre lionceaux, deux mâles et deux femelles, dans la nuit du 19 juillet dernier. Il s’agit de la première naissance de lions à Planète Sauvage depuis 2008. En mère attentive, Freja s’est occupée de ses petits à l’abri des regards pendant leurs premières semaines. Les équipes de soigneurs et vétérinaires du parc ont suivi attentivement leur évolution en réalisant régulièrement des contrôles rapprochés et notamment des pesées.

© Planète Sauvage

Une belle intégration dans le groupe de lions du Parc 
Petit à petit leur terrain de jeu s’est agrandi et l’envie de découvrir le reste du groupe ainsi que leur grand territoire s’est fait sentir. Il y a quelques jours, nous avons proposé à Freja de leur faire découvrir la grande plaine des lions. Au bout de quelques minutes, les autres lionnes les ont rejoints et les quatre lionceaux ont pu faire connaissance avec l’ensemble du groupe.

En milieu naturel, l’entente entre les lionnes est particulièrement importante. Il arrive que certaines gardent les petits de leurs congénères pendant qu’elles partent à la chasse. Le lion, à la tête de la famille, souvent considéré comme fainéant assure quant à lui la sécurité du groupe face aux autres prédateurs (hyènes, léopards) ou aux autres groupes de lions rivaux.

Encore au nombre de 200 000 pendant les années 1950, les lions seraient maintenant moins de 30 000 en Afrique. Cette situation est particulièrement préoccupante surtout que les menaces qui pèsent sur les lions sauvages sont persistantes comme les conflits homme-lion autour du bétail domestique, la diminution du nombre de proies naturelles, le braconnage pour l’utilisation des parties de son corps (fourrure, os, bile) et la chasse au trophée. L’IUCN le classe parmi les espèces vulnérables.

© Planète Sauvage

Pour toutes informations: www.planetesauvage.com

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire