Au Zoo de Bâle, le hêtre pourpre malade est finalement abattu

Plusieurs générations de visiteurs du Zoo de Bâle sont passées sous la majestueuse couronne du hêtre pourpre pour rejoindre le restaurant. À près de 90 ans, ce gigantesque arbre de 25 m de hauteur était devenu dangereux pour les visiteurs, il a donc fallu l’abattre.

© Zoo de Bâle

Il y a douze ans, le hêtre pourpre du Zoo de Bâle avait déjà perdu son «jumeau», infesté par un champignon parasite, alors que celui-ci avait lui-même offert son ombre bienfaisante aux visiteurs pendant des dizaines d’années. À cette époque, le hêtre pourpre aujourd’hui abattu était encore en pleine santé. Mais sans son voisin, il a soudain été exposé aux rayons directs du soleil. Pour le protéger des «coups de soleil», son tronc a été enduit d’une sorte de crème solaire pour arbres et enveloppé d’une natte de roseaux afin qu’il s’habitue à ces nouvelles conditions d’ensoleillement.

Malheureusement, le soleil a durement éprouvé le hêtre pourpre au cours des dernières années et les canicules de 2015 et 2018 lui ont été fatales. Son état s’était encore aggravé depuis le printemps. Certaines grandes branches de sa face Sud avaient perdu presque toutes leurs feuilles et plusieurs grosses branches avaient dû être coupées. En raison des mauvais pronostics établis et du danger croissant que l’arbre représentait pour les visiteurs, le Zoo a finalement décidé, à contre-cœur, d’abattre cet arbre majeur qui approchait les 90 ans. Sa couronne et ses branches seront données en nourriture aux éléphants.

© Zoo de Bâle

Le hêtre pourpre doit sa couleur rouge à l’absence d’une enzyme qui dégrade habituellement les colorants végétaux dans l’épiderme des jeunes feuilles. Ainsi, l’épiderme de la feuille du hêtre pourpre n’est pas transparent mais teinté de rouge, et la couleur verte de l’intérieur de la feuille ne se voit plus de l’extérieur. Pendant la période de végétation, les feuilles perdent progressivement leur couleur rouge et deviennent de plus en plus vertes, si bien qu’à l’automne, l’observateur non averti ne remarque même pas qu’il regarde un hêtre pourpre.

© Zoo de Bâle

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire