De jeunes tortues étoilées de Madagascar sont visibles au Zoo de Bâle

Les visiteurs du Zoo de Bâle ont désormais le plaisir d’observer de jeunes tortues rayonnées. Jusqu’à présent, les jeunes tortues, dont la plus petite ne dépasse pas huit centimètres de diamètre, étaient élevées en coulisse.

© Zoo de Bâle

Les deux jeunes tortues sont nées le 4 décembre 2016 et le 6 juin 2017 à l’abri des regards. Pendant les prochains mois, les visiteurs pourront les admirer au vivarium. Leurs parents sont encore originaires de Madagascar et occupent le bassin 57. Ces tortues sont arrivées dès l’ouverture du vivarium en 1972 et malgré quelques périodes d’absence, elles résident toutes au Zoo depuis au moins 25 ans.

Saisie de tortues rayonnées
Les cinq jeunes tortues qui occupent le bassin 49 à côté de celui des nouvelles venues sont nées à Madagascar. Comme des centaines de milliers d’autres individus de leur espèce, elles ont été sorties en fraude de leur pays pour être vendues sur des marchés alimentaires en Asie de l’Est. Mais celles-ci ont eu de la chance car elles ont été saisies par les autorités de Hong Kong puis remises, avec une centaine d’autres tortues étoilées, aux bons soins de différents zoos européens. Ces cinq tortues vivent depuis 2014 au Zoo de Bâle, où elles ont grandi dans la plus grande discrétion.

Un modèle de réussite à l’avenir incertain
Les tortues sont l’une des espèces animales les plus vieilles encore en vie. Les premiers fossiles de véritables tortues datent d’environ 200 millions d’années. On recense aujourd’hui près de 270 espèces connues. Mais leur avenir reste pourtant incertain. La majeure partie des espèces de tortues sont actuellement menacées d’extinction. Un phénomène dû dans la plupart des cas à la destruction de leurs habitats.

Les tortues étoilées de Madagascar connaissent un destin tragique, car elles sont devenues les victimes de leur meilleure défense. Leur carapace noire ornée de stries jaunes dont le motif varie d’un animal à l’autre fait d’elles l’objet de bien des convoitises. Sans compter qu’avec une taille d’environ 40 cm pour un poids de 15 kg, elles sont une marchandise prisée pour le commerce alimentaire.

Une espèce menacée par le commerce illégal
On estime aujourd’hui que près de 241 000 tortues sont saisies chaque année, comme les cinq qui vivent au Zoo de Bâle. Des braconniers lourdement armés les transportent dans des camions et les expédient illégalement par avion en Asie de l’Est. Mais avant cela, elles restent souvent enfermées pendant des mois dans des entrepôts, sans nourriture et sans eau. Au cours des dernières années, on a découvert à Madagascar des maisons dont certaines pièces contenaient jusqu’à 12 000 tortues entassées. Il a fallu prodiguer des soins médicaux d’urgence à ces animaux et les placer entre de bonnes mains.

Les tortues rescapées seront ultérieurement réintroduites dans des zones protégées. Le problème, c’est qu’il faut d’abord identifier de telles régions puis s’assurer que les animaux n’y apportent pas d’agents pathogènes. Depuis 2008, les tortues étoilées de Madagascar figurent sur la liste rouge de l’UICN en tant qu’espèce menacée d’extinction. On estime que leur population se sera éteinte d’ici 45 ans.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire