6 nouvelles espèces au Parc animalier d’Auvergne

Comme chaque année, dans un souci de préservation des espèces menacées dans leur milieu naturel, le Parc Animalier d’Auvergne accueille de nouvelles espèces. En 2020, ce sont 6 nouvelles espèces qui viennent grossir les rangs des pensionnaires.

La semaine dernière, quatre gazelles de Mhorr sont arrivées au Parc Animalier d’Auvergne. Cette espèce vit dans le nord-ouest de l’Afrique où elle est en danger critique d’extinction. En parc animalier, elle fait partie d’un programme de reproduction au niveau européen, dont l’objectif est de garder une population saine génétique afin de pouvoir la réintroduire, un jour, dans la nature. Les quatre mâles font connaissance avec leurs nouveaux colocataires, les girafes, l’oryx Beïsa, les zèbres et les cobes.

Autre nouvelles espèces en 2020
• Un couple de porcs-épics américains fera son apparition au Parc en 2020. Cette espèce est aussi appelée ourson coquau.
• L’oryx beïsa s’installera dans la plaine africaine.
• Un couple de paresseux à deux doigts: Elmo, le mâle et Juna, sa compagne. A partir de juillet
• Un couple de tatous à 3 bandes, Brioche et Chocolatine. Répertorié comme animal vulnérable (VU) par l’UICN, ce tatou est extrêmement rare à observer et l’on sait encore peu de choses sur son mode de vie. A partir de juillet.
• Des tamarins pinchés arriveront au Parc et rejoindront les paresseux et les tatous dans leur enclos. A partir de juillet.

Un enclos sud-américain au cœur du nouveau restaurant
Un nouveau point de restauration ouvrira en juillet 2020 au niveau de la butte des lions. En plus de la vue incroyable qu’il offrira sur le paysage environnant mais également sur l’enclos des lions et des girafes, il accueillera un enclos animalier au sein même du restaurant !

Dans cet enclos, les visiteurs retrouveront les 3 nouveaux pensionnaires du Parc originaires d’Amérique du Sud : Brioche et Chocolatine, les tatous à 3 bandes, Juna et Elmo, les paresseux à deux doigts et les tamarins pinchés. Une opportunité unique d’admirer ces petits pensionnaires au plus près.

Sous réserve de l’évolution du covid-19.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire