Réouverture de la Réserve Zoologique de Calviac et naissances pendant le confinement

Le Préfet de Dordogne vient d’autoriser à rouvrir la Réserve Zoologique de Calviac au public à partir du 20 mai. Durant la période de confinement, plusieurs naissances ont eu lieu.

© Réserve Zoologique de Calviac

Depuis le 15 mars dernier, pendant plus de deux mois, la Réserve Zoologique de Calviac, comme tout établissement touristique, n’accueillait plus de visiteurs. Plus de familles ou de groupes scolaires venus profiter du printemps dans ce parc zoologique dédié à la sauvegarde d’espèces animales menacées et méconnues à 10 kilomètres de Sarlat.

Mais l’accueil du public n’est qu’une partie des missions remplies par l’équipe de 6 permanents dirigée par Emmanuel Mouton, créateur de la Réserve. Société Coopérative à Intérêt Collectif (SCIC) à but non lucratif, la Réserve Zoologique œuvre à la sauvegarde d’espèces animales menacées et ce, tant sur le site de Calviac-en-Périgord par le biais de programmes d’élevages conservatoires internationaux que dans le milieu naturel des animaux, essentiellement à Madagascar, au Brésil et en Nouvelle-Aquitaine.

L’équipe de soigneurs animaliers, dont deux services civiques, a continué de s’occuper des quelque 150 animaux de 35 espèces différentes, la plupart en voie de disparition et originaires de quatre continents mais tous nés en parc zoologique, dans le cadre des programmes d’élevage européens ou EEP. Or, le printemps a apporté à Calviac son lot de belles surprises. Quelques jours avant Pâques, une précieuse coquille d’œuf s’est brisée pour donner naissance à un bébé goura de Victoria. Cet oiseau bleu est le plus gros représentant de la famille des pigeons. A l’état sauvage, on ne le trouve que dans les forêts humides de Papouasie Nouvelle-Guinée, où sa mauvaise aptitude au vol le met à la merci des chasseurs, des trafiquants de plumes et de la prédation des rats, chiens et chats introduits par l’Homme. Couvé et choyé par ses parents, ce petit goura va donc jouer un rôle dans la survie de son espèce.

© Réserve Zoologique de Calviac

Encore plus exceptionnelle, la naissance à quelques pas de là d’un hapalémur du lac Alaotra. Ce petit lémurien aux grands yeux, resse mblant un peu à un ours en peluche, vit sur les rives du plus grand lac de Madagascar. Il fait partie des mammifères les plus menacés au monde. Il ne resterait plus que 3000 individus sur un territoire total de moins de 100 km², à cause de la chasse et de la destruction de son habitat. Grâce au travail conjoint du Durrell Trust et de la Réserve Z oologique, une réserve de 40 000 ha a pu être créée sur les rives du lac Alaotra afin de sauver l’espèce. La naissance de ce petit être poilu à Calviac intervient donc dans le cadre d’un vaste plan de conservation d’un des primates les plus rares de la planète.

© Réserve Zoologique de Calviac

En temps normal, 80% du budget de la Réserve Zoologique, permettant cette double action à Calviac et à travers le monde, est assuré par les droits d’entrée au parc. Chaque mois, il faut 20 000 euros pour faire vivre la Réserve et poursuivre les actions sur le terrain. C’est pourquoi une collecte de fonds via la plate-forme HelloAsso a été créée, afin de combler une partie des pertes et de pérenniser les missions conservatoires. La générosité des soutiens de la Réserve a permis, jusqu’à aujourd’hui 19 mai, de récolter un peu plus de 12.000 euros ! Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.​

En cette saison 2020, la Réserve devrait inaugurer un complexe de terrariums extérieurs pour l’élevage de reptiles européens (tortues d’Hermann, cistudes et lézards ocellés) dans un but conservatoire.

Lien de la cagnotte (toujours opérationnelle jusqu’ au 14 juillet ) : www.helloasso.com/associations/institut-calviac-biodiversite/collectes/fonds-d-urgence-pour-la-reserve-zoologique-de-calviac

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire