Ana, une tortue caouanne soignée par l’Association Marineland est retournée à la mer

Jeudi 2 juillet, Ana, une tortue caouanne soignée par le Centre de Réhabilitation de la Faune Sauvage (CRFS) de l’Association Marineland a retrouvé la mer, au large du port de Sainte-Maxime, dans l’aire marine protégée de la corniche varoise.

© Association Marineland / S. Jamme

Retrouvée très affaiblie, échouée plage de la Nartelle, cette tortue Caouanne, d’un poids de 22 kg, avait été signalée au printemps dernier à l’Association Marineland par la police municipale de Sainte-Maxime, tous deux membres du Réseau Tortues Marines de Méditerranée Française (RTMMF). Ce réseau d’observateurs coordonnés a permis le rapatriement d’Ana au CRFS dans les plus bref délais.

Cette tortue est arrivée recouverte de pas moins de 3kg d’anatifes (ou « pouce-pieds », crustacés filtreurs qui aiment à se fixer sur les objets ou animaux flottants), et dans un état de déshydratation avancée, révélateur d’un long séjour dans le grand large et d’une sous-alimentation prolongée. Anna souffrait également d’une infection pulmonaire. Les vétérinaires du CRFS avaient par la suite retiré de son intestin un sac plastique qui entraînait des troubles digestifs et de flottabilité importants.

Les sacs plastiques représentent 50% des déchets plastiques en mer et leur ingestion est une des principales menaces qui pèse aujourd’hui sur ces espèces fragiles. Obstortuemed, une campagne d’observation des tortues marines de Méditerrané menée par l’Association Marineland depuis 2012 dans les Alpes-Maritimes et le Var permet d’ailleurs d’identifier ces menaces, caractéristiques de cette région à forte attraction touristique : collision avec les bateaux, pollution marine (enchevêtrement ou ingestion de déchets) et captures accidentelles.

« Les tortues sont devenues bio-indicateur du milieu dans lequel elles évoluent. Si des déchets sont retrouvés dans leur système digestif, c’est que leur milieu de vie est pollué. Or dans la plupart des autopsies effectuées par l’Association, les déchets plastiques étaient présents », interpelle Sidonie Catteau , chef de projet « Tortue marines » de l’Association Marineland et capacitaire du CRFS .

La Communauté de communes du golfe de Saint-Tropez a fait le choix d’être présent pour cette journée car il est aujourd’hui essentiel de porter un message fort sur la protection de l’environnement et dans ce cadre sur la biodiversité marine qui est aujourd’hui fortement impactée par les activités de l’Homme. A travers l’Aire Marine Protégée, la Communauté de communes travaille pour rendre compatible les activités socio-économiques, et notamment touristiques, et la conservation de la biodiversité.

Les tortues Caouannes (Caretta caretta) et les six autres espèces de tortues marines sont toutes inscrites sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). L’association Marineland, au travers de ses actions de sensibilisation et de ses actions de terrain, participe à l’effort collectif dans la préservation de cette espèce.

© Association Marineland / S. Jamme

A propos de l’aire marine protégée de la corniche varoise
L’aire marine protégée de la Corniche varoise (site Natura 2000, réseau qui rassemble des sites naturels ou semi-naturels de l’Union européenne ayant une grande valeur patrimoniale, par la faune et la flore exceptionnelles qu’ils contiennent ), s’étend du cap Nègre à l’Ouest, à la pointe de la Rabiou à l’Est, entre Rayol-Canadel sur-Mer et Saint-Tropez. La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez est gestionnaire de cet espace maritime et littoral aux richesses exceptionnelles. Elle est garante de la recherche d’un équilibre fragile entre la nécessaire préservation de la biodiversité et le déploiement d’activités économiques.

A propos du Réseau Tortue Marine de Méditerranée Française (RTMMF)
Le RTMMF est la seule instance habilitée à former des observateurs autorisés à intervenir sur les tortues marines fréquentant les eaux méditerranéennes françaises. Avec ses partenaires scientifiques, institutionnels, associatifs ou organisme s internationaux comme MedTurle et l’IUCN, le RTMMF participe à l’amélioration de la connaissance et de la conservation des tortues marines. Les missions du RTMMF sont prolongées par les interventions des centres de soins du CestMed au Grau du Roi, du CRFS d’Antibes et de CARI en Corse, chargés de recueillir les tortues vivantes nécessitant des soins avant de les relâcher en mer lorsque leur état ne présente plus de risque pour leur survie.

A propos du CRFS et de l’Association Marineland
Le centre de réhabilitation de l’Association Marineland est hébergé par l’Espace Mer et Littoral de la ville d’Antibes Juan les Pins, gestionnaire du site appartenant au Conservatoire du Littoral, au milieu de 2.2 ha de pinède dans le cadre enchanteur de la Batterie du Graillon. Il accueille et soigne des tortues marines trouvées en difficulté sur les côtes des Alpes-Maritimes et du Var. L’Association Marineland mène également chaque année depuis 2012 des campagnes d’observation des tortues marines à travers son programme ObsTortueMed.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire