Huit jeunes saïmiris sont visibles au Zoo de Bâle!

Après deux années sans naissance, le groupe des saïmiris du Zoo de Bâle accueille désormais toute une ribambelle de nouveau-nés. Huit minuscules singes sont fermement accrochés au dos de leur mère.

© Zoo de Bâle

Les petits singes au pelage jaune caractéristique sont venus au monde au Zoo de Bâle entre le 10 mai et le 17 juin. La précédente interruption dans leur reproduction a une raison toute simple: le groupe est resté sans mâle pendant deux ans, avant d’en accueillir un nouveau fin 2019. Les actuelles naissances sont l’heureux résultat de cette arrivée. La dernière portée de cette envergure chez les saïmiris remonte à 34 ans.

Sur les onze femelles du groupe actuel, seules la plus âgée (26 ans) et les deux plus jeunes (3 ans) n’ont pas encore de descendance. Parmi les trois mâles, le plus âgé (13 ans) est le géniteur des huit petits.

Au Zoo de Bâle, les saïmiris partagent le pavillon des singes laineux. Les deux espèces s’entendent bien. En grandissant, les jeunes singes-écureuils aiment grimper sur le dos des singes laineux, qui acceptent parfois de les promener sur leur dos.

Les mâles ne sont tolérés que pendant la période d’accouplement

Les saïmiris vivent en groupes de femelles composés d’une mère, de sa progéniture femelle adulte et des propres petits de celle-ci. Les mâles sont exclus du groupe vers l’âge de deux à trois ans et vivent dès lors en groupes de célibataires. Peu avant la période d’accouplement, les jeunes mâles les plus forts prennent énormément de poids et intègrent un groupe de femelles afin de s’y reproduire. La période saisonnière de l’accouplement est un événement exceptionnel chez les singes. Au Zoo de Bâle, elle dure de novembre à janvier.

Les bébés viennent au monde cinq mois plus tard, à point nommé pour le début de la saison des insectes: ceux-ci font en effet partie des repas préférés des saïmiris. Une fois la période d’accouplement terminée, les femelles ne veulent plus du mâle et le chassent hors du groupe.

La chasse aux insectes

Les saïmiris sont également appelés singes-écureuils. Ils vivent dans les forêts tropicales, et de préférence sur les rives de cours d’eau, dans l’ouest du bassin amazonien, le nord de la Bolivie, le sud du Pérou et l’ouest du Brésil. Ils se nourrissent de fruits et d’insectes et consacrent d’ailleurs près de 80% de leur recherche de nourriture à chasser des insectes et d’autres petits animaux. S’il n’y a pas de fruits au menu, ils se nourrissent exclusivement d’insectes.

À l’état sauvage, les singes-écureuils ne sont pas menacés, mais la tendance est clairement à la baisse de la population. Ils pâtissent essentiellement de la perte de leur habitat et de la chasse. Dans les zoos, leur espèce fait l’objet d’un programme européen d’élevage (EEP, programme ex situ de l’EAZA). Le Zoo de Bâle est en charge de sa coordination. Le programme englobe quelque 900 animaux.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire