Un rhinocéros indien est né au Zoo Planckendael

Le Zoo Planckendael a un événement à fêter ! Le rhinocéros indien “Karamat” a donné naissance le 9 juillet d’une femelle. 

© Zoo Planckendael / Tom Cornille

Seize longs mois, c’est le temps qu’a duré la grossesse de Karamat avant de mettre au monde son petit. “Mais lorsque nous avons vu sortir sa poche des eaux vers neuf heures et demie du matin, la mise-bas s’est déroulé vraiment vite. Cinq minutes et paf, la petite était là“, raconte la soigneuse Jolien. Si l’on peut parler de “petit”, l’animal est loin d’être frêle, puisqu’un rhinocéros nouveau-né pèse vite 60 kilos.

Pour les soigneurs du Zoo Planckendael, l’événement fut assez spécial.
C’est la première fois que nous avons pu assister à une mise-bas en direct, car bien souvent, les animaux s’installent dans un petit coin, au beau milieu de la nuit. C’est formidable d’avoir pu voir tout ça.”, dit la soigneuse Jolien.

© Zoo Planckendael / Tom Cornille

Rhinocéros V
Le Zoo Planckendael ne sait pas encore comment va s’appeler le jeune nouveau-né de Karamat. Ce qui est certain, c’est qu’en 2020, tous les nouveaux noms d’animaux commencent par un V. Une fois le nom connu, les visiteurs de Planckendael pourront participer à un concours. Celui qui réalisera le plus beau faire-part de naissance se verra attribuer un joli prix.

© Zoo Planckendael / Tom Cornille

Menacé d’extinction
La naissance du rhinocéros indien est une merveilleuse nouvelle, car c’est une espèce vulnérable qui est menacée d’extinction. Une vieille croyance populaire affirme en effet que leur corne a des propriétés médicinales, ce qui est faux. En plus, ils sont victimes du braconnage et de la disparition de leur habitat en Inde et au Népal. Dans la nature, il ne subsiste que 2.200 individus en vie.

On peut absolument qualifier le rhinocéros d’icône. Saviez-vous que l’espèce proprement dite sert de logo pour le programme d’élevage européen (EEP) ? Avec cette naissance, le Zoo Planckendael apporte sa contribution à la conservation“, explique le manager en soins animaliers, Sander Hofman.

Nos animaux sont aussi là pour permettre aux visiteurs d’en apprendre plus sur les rhinocéros indiens. Nos animaux nous permettent d’informer sur les difficultés que rencontrent leurs congénères dans la vie sauvage. Nous impliquerons le jeune de Karamat, à son tour, dans le renforcement du programme d’élevage. C’est notre manière d’apporter notre soutien à cette imposante espèce“, conclut la soigneuse Jolien.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire